J’ai vu « Demain »

Je viens de voir le film « Demain » et je voulais vous en parler à chaud.

Je l’ai trouvé passionnant. Il est positif tout en montrant bien la réalité actuelle et ce vers quoi on va – si on ne change pas de voie suffisamment.

Il est partagé en 5 chapitres: alimentation, énergie, politique, économie, éducation.

Il présente des exemples venant du monde entier, dans des zones riches comme dans des pauvres, des solutions pour des zones urbaines et rurales.

Il montre qu’un autre monde est possible. Ça nécessite du travail – y compris physique – et de la coopération. Ça nécessite qu’on reprenne notre pouvoir créatif et décideur à notre niveau.

Il parle de cyclisme à Copenhague, d’éducation avec un mélange de pédagogies en Finlande, de maraîchage  en permaculture en France et aux USA, d’entreprises éconologiques, d’énergies renouvelables, de prises de décisions en concertation avec les citoyens, de monnaies locales…

Il n’y a qu’un point flou pour moi, celui concernant le pétrole – au niveau énergie mais pas que. Par exemple les panneaux solaires en contiennent-ils et sont-ils recyclables?
Ceci dit, en utiliser moins est déjà intéressant.

Je vous invite à aller le voir, à en parler entre ami-e-s et voisin-e-s et à voir ce que vous pouvez mettre en place à votre niveau ensemble.
Parce que si j’ai gardé une chose en tête, c’est que ça marche mieux ensemble.


Voyage à la Chapelle de la rue du Bac

Au n° 140 de la rue du Bac, à Paris, se trouve la Chapelle Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse.

J’en ai entendu parlé pour la première fois en septembre, quand une amie m’a demandé « La prochaine fois que tu vas à Paris, tu me ramènerais une médaille ? »

Après une recherche rapide sur le web, j’ai trouvé sa situation – entre la Seine et les jardins du Luxembourg, en gros – et découvert son histoire.

J’apprends donc que Sœur Catherine, maintenant Sainte, a eu le privilège de voir la Vierge trois fois entre le 18 juillet 1830 et le mois de décembre 1830. La Vierge lui demande la fondation d’une confrérie d’enfants de Marie ainsi que la création d’une médaille – la fameuse Médaille Miraculeuse – qui seront réalisées par son confesseur une fois qu’il la croira.

J’ose me poser une question : la confrérie et la médaille auraient-elles été crées plus tôt si le message avait été reçu par un homme – un prêtre par exemple ?

Un peu agacée par la place réservée aux femmes dans la religion, je me décide quand-même à aller à la chapelle. Après tout, j’ai une commande à remplir et je ressentirais par moi-même le lieu.
Continuez la lecture