Les contes du confinement

Et si, tout comme la nature, la féerie avait retrouvé de l’espace ?
Les humains étant beaucoup moins présents, les créatures mythiques et fantastiques peuvent plus facilement se mouvoir dans l’espace public, et leur existence a moins de risque d’être révélée.
Ceci dit, elles sont toujours aussi douées pour prétendre être humaines animales, et pour se cacher dans leur environnement.

Continuez la lecture


Autistic and confined (part 2): resting outside of the world’s busyness

[Foreword: I am merely sharing my experience, and I don’t think it invalidates the experience of others.]

I know that this confinement is for a serious and severe reason and I am aware of the negative consequences it has and will have when it ends.

I don’t have to go out and the world is calm so to me this is a welcomed, because needed, rest.
I don’t have anxiety, I live at my own rhythm, my mind is freer – even though I am not always here, as I said in my previous article.

The world before this was tiring and aggressive and I have a feeling it’s going to be the same afterwards, although it will most likely come back progressively, so I savour the calm even if I apprehend what will come after – for this but also for all difficulties that already exist and that will carry on. I am not centred on myself, occulting what others go through.

I perceived the appointments I had as black blocs in the planner I have in my mind, and I had a hard time freeing myself of this on the days I didn’t haven any, even though there were more days on which I didn’t have any.
And depending on what I had done during the week and my current state (which changes depending on internal and external causes) I had difficulties finding the energy to do things on my “free” days.
Continuez la lecture


Autiste et confinée (part. 2) : le repos sans l’agitation du monde

[ Préambule : je ne fais que partager mon vécu, et je ne pense pas qu’il remette en cause ou en question le vécu des autres.]

Je sais que ce confinement est pour une raison grave et je suis consciente des conséquences négatives qu’il a et qu’il aura ensuite.

Je n’ai pas à sortir et le monde est calme alors pour moi c’est un repos bienvenu parce que nécessaire.
Je n’ai pas d’anxiété, je vis à mon rythme, j’ai la tête plus libre – même si je ne suis pas toujours là, comme je le dis dans mon article précédent.

Le monde d’avant était fatiguant et agressif et je me doute que ça va recommencer après, même si ce sera très probablement progressif, donc je savoure le calme tout en appréhendant l’après – pour ça mais aussi pour toutes les difficultés qui existent déjà et vont continuer. Je ne suis pas centrée sur moi, occultant le vécu des autres.

Je percevais les rendez-vous que j’avais comme des blocs noirs dans l’agenda que j’ai dans la tête, et j’avais du mal à me libérer de ça les jours où je n’avais rien alors qu’il y avait plus de jours dans la semaine pendant lesquels je n’avais rien.
Et suivant ce que j’avais fait dans la semaine et mon état du moment (qui varie en fonction de plusieurs causes internes et externes) j’avais de la difficulté à mobiliser mon énergie les jours « libres ».
Continuez la lecture


Autistic and confined (part 1): creation of stories in a parallel universe

I decided to post the French and English versions of this article separately to facilitate reading but I will carry on doing double posts for shorter, or lighter, reads.

[Foreword: I am merely sharing my experience, and I don’t think it invalidates the experience of others.]

We have been officially confined (in France) for three weeks now. I know some people count differently, following schools closure for example, but the general confinement was decreed as starting on Tuesday 17th of march.

The previous weekend I was watching the various announces and suppositions worriedly.
On one hand because I hadn’t done any “big shopping” – i.e. that last me for a long time so that I don’t have to go out – in quite a while since I was planning on going away, and I hadn’t been to do some “small” shopping (in the village) in a while because I was a bit sick and thought it was better to wait.
On the other hand because my parents were abroad – not far – and were supposed to come home on the 17th. They crossed the border without any problems.

All the messages I saw were calling for people to stay home so the idea of going shopping was stressing me out. I didn’t think I was really at risk but the idea that I could somehow carry the virus and spread it, contaminating other people, is worrying me.
Continuez la lecture


Autiste et confinée (part. 1) : création d’histoires dans un univers parallèle

I decided to post the French and English versions of this article separately to facilitate reading but I will carry on doing double posts for shorter, or lighter, reads.

[ Préambule : je ne fais que partager mon vécu, et je ne pense pas qu’il remette en cause ou en question le vécu des autres.]

Ça fait trois semaines que nous sommes confiné-e-s officiellement. Je sais que certain-e-s comptent différemment, notamment en fonction de l’arrêt de l’école, mais le confinement général a été décrété à partir du mardi 17 mars.

Le week-end précédent, je voyais les diverses annonces et suppositions d’un regard inquiet.
D’une part, parce que je n’avais pas fait de grosses courses – comprendre : qui me durent longtemps sans que j’ai besoin de sortir – depuis un moment vu que je pensais partir, et je n’étais pas non plus allée faire des « petites » courses (dans le village) depuis un moment parce que j’étais un peu malade et préférais éviter.
D’autre part parce que mes parents étaient à l’étranger – proche – et devaient rentrer le 17. Ils ont passé la frontière sans encombres.

Les messages que je voyais passer demandaient à tou-te-s de rester chez nous donc l’idée de devoir aller faire les courses me paniquait. Je ne pensais pas spécialement être moi-même à risque mais l’idée que je puisse, d’une manière ou d’une autre, déplacer le virus et donc contaminer potentiellement d’autres personnes me stresse.
Continuez la lecture