Les (dé) confinés fêtent Noël

Si vous n’avez pas lu les précédents contes, lisez-les d’abord. Vous pouvez les retrouver dans la catégorie « Les contes du confinement ».

 

Aldaran fêta le solstice « dans le monde au-delà des ombres » avec sa famille et des amis. Son frère Arhon était là et avait amené son ami Henry, avec qui il irait fêter Noël, ses parents ayant pris l’habitude de suivre les fêtes humaines. Leur ami John, un ours – presque littéralement –, et sa femme étaient là aussi, avec trois adorables oursons qui dévorèrent les tartelettes aux épices. Heureusement, la mère d’Aldaran avait anticipé et réussi à en sauver une grande partie, ce que tout le monde apprécia.
Aldaran allait pouvoir demander la recette à Mme Watson.

Quant au repas, il était composé de filets de saumon, d’un rôti de noix pour les végétarien.ne.s et d’un assortiments de légumes et de marrons en accompagnement, sans compter les entrées et les deux magnifiques bûches en dessert – il fallait bien ça, vu le nombre de gourmands autour de la table.

Continuez la lecture


Réunion de famille (en vidéo)

Les contes du (re) confinement

Si vous n’avez pas lu les précédents contes, lisez-les d’abord. Vous pouvez les retrouver dans la catégorie « Les contes du confinement ».

 

Pierre appelait son grand-père régulièrement pour ne pas le laisser seul. Il n’était pas beaucoup allé le voir malgré la possibilité, pour éviter les risques et pour laisser la place à ceux et celles qui en avaient besoin. Georges avait l’air de se satisfaire du téléphone – «  tant qu’on se parle, ça me va ! » – et trouvait les appels vidéo très bien. Pierre l’appelait parfois depuis le parc, pour un changement de fond.

Aujourd’hui, cependant, Alaric et lui l’appelaient depuis le confort du salon.

« Pierre, Alaric, j’ai quelqu’un à vous présenter! »
Continuez la lecture


Le gnome de la maison de retraite

Les contes du (re) confinement

Si vous n’avez pas lu les précédents contes, allez les retrouver dans la catégorie « Les contes du confinement ».

 

Georges contemplait le jardin par la fenêtre de la grande salle quand il vit du mouvement dehors.
Ce n’était pas un écureuil, ça n’avait pas la longue queue en panache, et ce n’était pas un oiseau.
Georges, étant de nature curieuse et ayant besoin de prendre un peu l’air – qu’est-ce qu’ils ont à chauffer autant, ici ? – se dirigea vers une des portes qui mènent au jardin.
En chemin il croisa Beth, la gentille aide-soignante – pas comme certains…

« Vous allez prendre l’air, Monsieur Dubois ? »

« Oui, il fait trop chaud ici, et puis j’ai besoin d’un changement d’environnement, si vous voyez ce que je veux dire. »

« Je vois très bien, oui ! » dit Beth en riant.
Continuez la lecture


Les délicieuses tartelettes aux épices de Mme Watson

Les contes du (re) confinement

Si vous n’avez pas lu « La vieille dame et le voisin qui prend soin d’elle », allez lire « Les contes du confinement ».

 

Ça faisait maintenant neuf mois que Jeanine Watson connaissait son excentrique voisin, Aldaran. Ils avaient partagé beaucoup de promenades, de gâteaux et de conversations.
Autant Jeanine était bavarde et aimait parler de son enfance et de sa vie, autant Aldaran était réservé.
Quand elle lui avait parlé de son expérience de la seconde guerre mondiale, elle avait fait partie des enfants envoyés à la campagne, il avait eu l’air de bien connaître le sujet, ce qui était surprenant étant donné qu’il avait l’air de n’avoir pas encore quarante ans, ou alors tout juste.
Jeanine s’était dit qu’il avait étudié le sujet en profondeur, au point de lui donner une impression de l’avoir vécu.
En fait, Aldaran avait aussi vécu cette guerre dans son enfance, même si elle l’avait affecté différemment, mais ne pouvait pas vraiment lui expliquer en quoi les faes avaient été affectés.
C’était un des rares sujets concernant sa jeunesse à propos duquel il s’était un peu ouvert.
Continuez la lecture


L’homme et le loup (la suite)

Les contes du (re) confinement

Si vous n’avez pas lu « l’homme et le loup », allez lire « Les contes du confinement ».

 

Huit mois avant…

Pierre rentrait des courses quand il aperçut le chien-loup. C’était tôt pour lui, mais ce qui surprit Pierre le plus était qu’il était assis à côté de la porte d’entrée de son immeuble, comme s’il attendait quelqu’un.
Quand le chien-loup s’approcha de lui, il comprit qu’il était ce quelqu’un.

« Salut toi ! » lui dit-il en le grattouillant derrière les oreilles : « Tu m’attendais ? »

Le chien agita la queue d’un air content. Il avait de magnifiques yeux marron – doré. Pierre remisa cette information au fond de son cerveau. Les inconnus des magasins ne se transforment pas en chien-loup. De toute façon, ce genre de chose n’existe pas, n’est-ce pas ?
Continuez la lecture